Joaillerie Bulgari, toujours plus pétillante

16 Mar

San Pellegrino, l’eau pétillante issue des Alpes italiennes adopte une étiquette sertie de diamants Bulgari. Etonnant rapprochement ? San Pellegrino appartient en effet à la haute gastronomie tandis que Bulgari est un créateur de pièces de joaillerie. Pourtant, on retrouve des valeurs communes aux deux marques : élégance italienne et luxe. Chacune bénéficie alors de la notoriété de l’autre. De son côté, Bulgari vise toujours la clientèle de luxe tout en exploitant le segment des fin gourmets. Ainsi, la marque ne mise pas seulement sur les amateurs de pièces de créateurs, mais aussi sur ceux qui, compte tenu des lieux qu’ils fréquentent, pourraient être amenés à se parer de diamants.

Maëva Arnaudin

Diversification : à tort ou a raison ?

16 Mar

C’est en 2007 que Tiffany et Swatch deviennent partenaires et fondent une société commune : Tiffany Watch. Ainsi, Swatch entre dans le monde de la joaillerie avec la montre bijoux pour rivaliser avec les grands du secteur tels que Bulgari, ou Chopard tandis que Tiffany bénéficie de l’experise horlogère du leader mondial Swatch. Pourtant, dès le début, les tensions apparaissent dues à des interprétations différentes du contrat, où, notamment, Tiffany considèrerait les montres comme accessoires à son activité. C’est en 2011 que la déchirure se fait ressentir. Tiffany ouvre 4 magasins en Chine où la montre Tiffany&Co n’est nullement référencée. Les réactions du côté de Swatch sont immédiates. Tiffany pensait ne pas pouvoir vendre suffisamment de montres ce qui aurait été préjudiciable pour ses stocks. Le fabriquant de montres qui parvient tout juste à ne pas être en rupture de stock en Chine, voit donc des agissements visant à empêcher le bon déroulement du partenariat commercial. Swatch met alors fin aux accords avec Tiffany. Les deux marques s’affrontent alors en Justice pour ce début d’année 2012.

Maëva Arnaudin

Un nouveau segment pour Bulgari

1 Fév

A ses débuts, Bulgari s’est illustré dans la joaillerie pour peu à peu étendre sa gamme et toucher de nouveaux segments avec l’horlogerie, les parfums et plus récemment par l’intermédiaire de l’hôtellerie de luxe ou de la cosmétique. Bulgari s’adresse alors à un segment féminin à haut revenu voulant sublimer sa peau. La marque lance ainsi la ligne de crème de soin Gem Essence et s’allie à Dragon Rouge pour retranscrire les caractéristiques de son nouveau segment sur son packaging. L’agence de design n’hésite alors pas à utiliser la brillance des pierres précieuses fidèles à Bulgari pour un effet rose nacré, commun aux 3 gammes et connotant la couleur d’une peau éclatante.

Maëva Arnaudin